BIER.MACHT.MÜNCHEN

De Guide MFC
Aller à : navigation, rechercher

À l'occasion du 500ème anniversaire du « décret sur la pureté de la bière », la ville de Munich organise l’exposition temporaire BIER.MACHT.MÜNCHEN jusqu’au 8.1.2017.

Ce décret, édicté par le duc Albrecht IV, est la loi la plus ancienne concernant les aliments et limitait les ingrédients pour la fabrication de la bière à l'orge, le houblon et l'eau. De plus, un contrôle régulier de qualité était établi. Initialement destinée aux brasseries de Munich, cette loi fut étendue en 1516 à toute la Bavière.

Urbanisation et brassage

Nulle part ailleurs, l’histoire de la ville – aussi en ce qui concerne l’urbanisation - est aussi fortement liée aux traditions de la bière. En 1600, 74 brasseries étaient situées intra-muros, ce nombre baissa cependant considérablement lors du 19ème siècle. La raison pour ce développement était de fortes pressions de la concurrence : les brasseries les moins compétitives furent accaparées.

Comme ces nouvelles grandes brasseries manquaient de place au centre-ville, elles déménageaient aux alentours, autour de la nouvelle gare centrale où de grandes usines modernes furent bâties.

Deux évènements sont particulièrement importants concernant la production moderne de bière telle qu’elle est aujourd’hui : L’invention d’une machine capable de produire du froid de Carl Linde et la découverte de Louis Pasteur concernant les influences de la levure sur le processus du brassage.

La fonction politique et sociale de la bière

A Munich, la bière doit aussi être considérée comme essentielle pour la vie sociale et la convivialité. Elle est consommée en public, dans des brasseries ou des Biergarten où avaient toujours lieu de vives discussions politiques.

À partir de 1900 environ, les employeurs et syndicats essayaient cependant de réduire la consommation de la bière pour améliorer la santé des salariés et pour augmenter leur productivité.

Mais aussi des développements sociaux peuvent être observés dans les brasseries : les serveuses étaient souvent des travailleuses saisonnières de la campagne qui venait en ville pour chercher du travail. Comme leur seul revenu était le pourboire, elles étaient souvent obligées de se prostituer pour améliorer leur ordinaire.

De l’autre côté, les patrons étaient souvent dépendants des brasseries : même si d’habitude les locaux leur appartenaient, ils étaient obligés d’acheter un volume minimum de bière à la brasserie, à leur charge de la vendre.


Liens