Les bonbons Haribo en France et en Allemagne

De Guide MFC
Aller à : navigation, rechercher
Les Dragibus de Haribo

Haribo a été créée en 1920 en Allemagne. Depuis 1967, il existe aussi en France. Le slogan français "Haribo c'est beau la vie pour les grands et les petits" et le slogan allemand "Haribo macht Kinder Froh und Erwachsene ebenso" se chantent sur le même air. J'avais déjà constaté que le Nutella était différent entre la France et l'Allemagne.

Qu'en est il des bonbons Haribo ?

Le test s'est déroulé au Stadtmuseum à Munich. Non, les Haribos n'ont pas été inventés à Munich mais à Bonn. C'est juste que le Stadtmuseum offrait une protection contre les indigestions. Bah oui, comme nous étions tout un petit groupe à visiter le musée, cela faisait moins de bonbons par personne. Et c'est tout de suite plus sympa en groupe.

Séverine nous avait ramené des Haribos de France et moi je m'étais contenté d'aller au supermarché du coin pour trouver la version allemande. Nous avons limité le test au Gummibärchen et aux fraises Tagada.

L'emballage

Avant de continuer il vous faut savoir une chose : Les Gummibärchen, ce sont ces petits ours en gélatine. Ceux d'Haribo s'appellent Goldbären ("Les ours d'or"). Pas forcément très connus en France, ils ont un statut culte en Allemagne. Une petite anecdote à ce sujet : lors de mes vacances en Afrique de l'Est cet été, j'ai croisé une allemande qui s'y était expatriée. Je lui ai demandé ce qui lui manquait de l'Allemagne. En premier dans sa liste: les Gummibärchen d'Haribo, c'est dire...

Vous ne serez donc pas étonné d'apprendre que l'on trouve très facilement des paquets de 200 ou 300g de Goldbären en Allemagne alors qu'en France c'est plutôt du 100g. Leur nom en France, c'est "L'ours d'or", mais il est également inscrit "Goldbären". Je ne vois qu'une seule explication : c'est pour que les Allemands en vacances en France puissent les reconnaître plus facilement.

Pour les Fraises Tagada, eh bien, c'est le contraire. Je ne veux pas dire par là que ma soeur rêvait de Fraises Tagada lors des 2 ans qu'elle a passé au Rwanda, franchement je ne pense même pas que cela lui soit venu à l'idée. C'est juste qu'on trouve facilement des gros paquets en France et des plus petits en Allemagne. Au passage en Allemagne elles s'appellent Erdbeeren Primavera.

La composition

En France, aussi bien dans les Goldbären que dans les fraises Tagada, il y a des colorants artificiels Exxx. Pas en Allemagne...

L'apparence

Aucun doute possible, les couleurs des Goldbären sont plus vives en France qu'en Allemagne. Le lettre E y est certainement pour quelque chose...

En regardant de plus près, l'on constate que la forme des Gummibärchen est mieux dessinée en France qu'en Allemagne. Surtout les oreilles, elles sont nettement plus visibles. Mais bon, une fois dans mon estomac, cette différence aura disparu...

Pour les fraises, cela saute aux yeux : les fraises Tagada essayent au moins de ressembler à des fraises et ont une base ronde. Les Erdbeeren Primavera quant à elles sont aplaties, comme si elles avaient été écrasées...

Le goût

Les goûts sont différents entre la France et l'Allemagne. C'est difficile de décrire un goût, mais je peux vous donner le résultat unanime de notre test:

  • Les Goldbären allemands sont meilleurs que les Ours d'Or français.
  • Les Fraises Tagada françaises sont meilleures que les Erdbeeren Primavera allemandes.

Cela explique tout de suite la différence de taille des paquets...

Conclusion

Si vous êtes en Allemagne, mangez des Goldbären. Si vous êtes en France, mangez des Fraises Tagada. L'un comme l'autre à consommer avec modération. Tout excès pouvant donner mal au ventre.

Karambolage

Si vous ne connaissez pas encore l'excellente émission Karambolage sur Arte, je vous invite à la découvrir. Eux aussi ont fait un test des Gummibärchen, c'était dans l'émission du 14 novembre 2004.

Sinon, l'émission, c'est chaque dimanche à 20h, et elle dure 10 minutes.

Vous pouvez trouver cette article ici



Editeur(s)
Qui a encore contribué à cet article en l'éditant?
Auteur initial
Qui est à l'origine de cet article ?

Jérôme Parent