Lycée Jean Renoir

De Guide MFC
Aller à : navigation, rechercher
Lycée Jean Renoir de Munich

Présentation

Quelques chiffres

Le lycée Jean-Renoir, implanté à Munich depuis 1953, est l'une des nombreuses écoles françaises à l'étranger du réseau de l'AEFE (Agence pour l'Enseignement du Français à l'Etranger) qui est composé de plus de 430 établissements répartis dans le monde. Ce "lycée" regroupe en réalité une école maternelle, une école primaire, un collège et un lycée. A la rentrée 2009 l'établissement accueille plus de 1300 élèves de 3 ans à 18 ans et +.

Implantation géographique

Depuis avril 2008, l'école est implantée sur deux sites différents :

  • la Berlepschstrasse (Sendling) pour le collège et le lycée avec quelques 600 élèves,
  • la Ungsteinerstrasse 50 (Giesing) pour la maternelle et l'élémentaire avec plus de 700 élèves.

Informations

Collège et Lycée

Chargement de la carte...


Ecole primaire

  • Ungsteinerstrasse 50 (Giesing)
  • 81539 München
  • Tel : 089 / 68 999 77 22
Chargement de la carte...

Enseignement

A l'école maternelle

Chaque classe est prise en charge par une enseignante française (institutrice ou professeur des écoles) et une éducatrice allemande (Erzieherin), chacune parlant sa propre langue.

Les objectifs pédagogiques sont conformes aux programmes en vigueur en France et en harmonisation avec le nouveau Bildungsplan de la Bavière.

On y retrouve 2 classes de petite section, 3 classes de moyenne section et 4 classes de grande section.

A l'école primaire

Dans chaque classe, interviennent un enseignant français et un enseignant allemand répartis à 2/3 de français et 1/3 d'allemand.

Le programme français est conforme aux programmes et instructions officielles en vigueur en France avec quelques aménagements en histoire, géographie, sciences et instruction civique, afin de s’adapter au contexte local.

Du CP au CM1 l'école propose 5 classes par niveau et en CM2 4 classes.

Au collège

Le programme suivi est celui du Ministère de l'Education Nationale. L'enseignement de l'allemand y est renforcé dans les cours de langue vivante ou par certaines options, mais ne peut plus être considéré comme bilingue.

La différence fondamentale entre le système allemand qui oriente à la fin de la 4. Klasse (CM1) et le système français qui quant à lui oriente après la 3ème, ne permet pas (encore) de reconnaissance.

Au lycée

Les élèves se préparent aux épreuves du Baccalauréat pour les séries L, ES et S.

La possibilité leur est également offerte de se préparer à l'Abibac (Bac français + épreuves d'allemand et d'histoire géographie en allemand) qui conduit à une délivrance simultanée du Bac par le Ministère français de l'Education et de l'Abitur par le Kultusministerium.

A noter que l'enseignement de qualité permet un taux de réussite proche de 100% au bac avec plus de 80% de mentions.

Reconnaissances et équivalences

Les systèmes français et allemands se différencient pas mal, surtout par l'orientation rapide dans l'un et l'orientation tardive dans l'autre.

Mais ceci n'empêche pas une volonté de rapprochement et de reconnaissance mutuelle.

  • L'école maternelle est reconnue comme "Kindergarten" privé par la ville de Munich depuis 1988.
  • L'école élémentaire est homologuée depuis 1976 par la Bavière comme "Ersatzschule" bilingue.
  • A la fin du CP, du CE1 ou du CE2, les élèves peuvent accéder à une école publique allemande sans examen.
  • A la fin du CM1 et du CM2 les élèves peuvent rejoindre le système allemand mais doivent passer un examen, le fameux "Übertritt".
  • Le collège n'a pas d'équivalence dans le système allemand, mais en cas de réorientation dans le système allemand en fin de 2de, le passage en 1ère donne la Mittlere Reife par équivalence, sous certaines conditions de résultats déterminés par l'administration allemande.
  • Il existe la possibilité de rejoindre un Gymnasium Allemand en cours de scolarité par le statut de "Gastschüler". Mais ceci reste exceptionnel

Sources




Editeur(s)
Qui a encore contribué à cet article en l'éditant?
Auteur initial
Qui est à l'origine de cet article ?

Stéphane Kirmser