Télévision par OTR

De Guide MFC
Aller à : navigation, rechercher

OTR (Wikipedia et FAQ) est un magnetoscope programmable online.

Outre les chaines allemandes, vous pouvez enregistrer des chaines anglaises, américaines, et surtout les chaines françaises TF1, W9 et M6.

Comment ça marche ?

Il faut se créer un compte (gratuit), et choisir les émissions à enregistrer. OTR enregistre l'émission, la code dans un format vieo (DIVX, AVI, MPEG ...), et vous envoie un mail quand le fichier est disponible. Vous pouvez alors le charger (voire plus bas).

Cela prend quelques heures, donc ne comptez pas voir l'émission le jour même ! De plus, une fois l'émission commencée, il n'est plus possible d'en demander l'enregistrement.

Le fichier a une extension .otrkey. Il est crypté. Une fois chargé, il faudra le décoder au moyen du programme qu'OTR vous fournit (gratuit également). Ce programme vérifie que vous êtes qualifié pour voir le film. Etre qualifié signifie avoir un compte chez OTR et avoir demandé l'enregistrement de l'émission (avant son début). Le fichier décodé est alors enregistré sur votre disque dur, vous pouvez alors en faire ce que vous voulez.

Restrictions

  • vous ne pouvez programmer que des émissions avant qu'elles ne commencent
  • vous ne pouvez décoder qu'une émission que vous avez programmée. Par contre vous pouvez copier le fichier crypté .otrkey de n'importe qui/n'importe où, et le décoder vous-même si vous êtes qualifié pour le faire.

Télécharger les fichiers .otrkey

OTR vous informe par mail que l'enregistrement est codé. Le fichier est au format .otrkey. Vous pouvez alors le télécharger pour le décrypter. Pour cela, vous avez plusieurs possibilités :

  • charger le fichier directement depuis OTR. OTR limite toutefois la bande passante, et ne propose des chargements gratuits que la nuit de 0:00 à 8:00. En dehors de la nuit ("happy hour"), il faut payer un certain nombre de GWP pour pouvoir charger le fichier.
  • charger le fichier depuis un mirroir. Ces mirroirs proposent les fichiers gratuitement 24/24. Financés par les bannières de pub, ils proposent un nombre défini de chargements en même temps. Selon l'affluence, vous serez dans la file d'attente. Certains mirroirs proposent des abonnements mensuels (premium accounts) afin de court-circuiter les files d'attente.
  • charger le fichier par des réseaux peer-to-peer. Si suffisamment d'utilisateurs participent, vous obtiendrez des débits très hauts.

Compte "premium"

Moyennant un "don" de 60GWP/mois (l'unité de paiement de OTR, 1GWP=0.01€), vous pouvez devenir "premium user". Les avantages :

  • 120 décodages/mois
  • émissions en HD
  • assistant pour programmer l'enregistrement (hebdomadaire) de séries

Obtenir des points GWP

Les GWP sont la monnaie utilisée au sein d'OTR. 1 GWP = 0.01€. Vous pouvez acheter des GWP en virant de l'argent sur le compte d'OTR, ou alors en gagner en cliquant sur les bannières de pub en haut des pages (0.x GWP/bannière, variable)

Légalité de la chose

Il existe bon nombre de sites proposant des services similaires. Ils argumentent pour la plupart qu'ils sont un magnétoscope virtuel que l'utilisateur programme avec son browser, les cassettes vidéo étant les fichiers que l'on télécharge. Ce système est utilisé pour faire des copies privées d'émissions.

Beaucoup de ces sites n'existent plus, ayant eu des ennuis avec la justice. Dans beaucoup de cas, le fait de mettre les fichiers en téléchargement libre sur internet les a fait plonger.

OTR résoud le problème en ne fournissant que des fichiers cryptés. Sans clé de décryptage, les fichiers sont sans utilité. Ils peuvent donc être échangés sans problèmes, en particulier sur des réseaux peer-to-peer. Pour les décrypter, il faut avoir demandé l'enregistrement de l'émission avant son début.

Ce système respecte donc du début à la fin l'analogie avec le magnétoscope, en mettant l'accent sur l'aspect "copie privée". Après plusieurs procès, le service est toujours encore en ligne. On peut en déduire une certaine légalité !

Alternatives

Pour les chaînes allemandes :



Editeur(s)
Qui a encore contribué à cet article en l'éditant?
Auteur initial
Qui est à l'origine de cet article ?

Joël Hatsch