Travailler en France et à l’étranger : quelle retraite

De Guide MFC
Aller à : navigation, rechercher
Appel à contribution !

Cette page est encore incomplète, il nous manque des informations. Voyez le guide pas-à-pas pour contribuer. Tout identifiant des forums MFC vous permet de modifier les pages du guide.

Vous pouvez en particulier rajouter des informations sur les points suivants :

  • Vérifier l'actualité
  • Infos sur Riester & co


Ceux d'entre vous qui ont travaillé en France avant de partir ou comptent rentrer en France avant de partir en retraite se demandent certainement quelle retraite ils vont toucher, et sur quelle base.

Voici quelques infos pratiques à ce sujet, dans le cas où VOUS REVENEZ D'UN PAYS DE L'UNION EUROPEENNE OU DE L'ESPACE ECONOMIQUE EUROPEEN (ce qui est le cas de l'Allemagne).

Le règlement communautaire 1408/71 impose aux caisses de retraite, lorsqu'elles liquident la pension de base, d'intégrer les périodes d'assurance accomplies dans les pays de l'Espace économique européen.

Avant de revenir en France, vous vous procurez le formulaire E 205 qui fait office de relevé de vos périodes de cotisation au régime vieillesse communautaire.

Les conditions pour liquider une pension communautaire

  • Une année d'assurance a été accomplie dans chaque Etat membre où vous avez exercé une activité. Si ce n'est pas le cas, les caisses françaises prennent malgré tout en compte les quelques trimestres étrangers.
  • Vous devez remplir dans chacun des Etats membres les conditions pour pouvoir obtenir le versement d'une pension (atteindre l'âge légal).

Les modalités pratiques de la coordination

La caisse de retraite française qui liquide votre pension en calcule le montant en fonction de vos seules périodes d'assurance accomplies en France. La caisse de retraite calcule ensuite votre pension communautaire totalisée.

La caisse française ajoute aux trimestres validés en France l'ensemble de vos périodes d'assurance accomplies dans l'Union européenne pour vous faire bénéficier du taux plein.

  • La caisse totalise d'abord vos périodes d'assurances étrangères comme si elles avaient été accomplies en France.
  • Elle intègre ensuite dans la formule de calcul, votre salaire de référence français (moyenne de vos 25 meilleures années de salaires perçus en France).
  • Enfin elle proratise le montant de la pension obtenue en fonction du ratio : périodes d'assurances réellement accomplies en France sur la totalité des périodes d'assurances validées.


La caisse française compare le montant de la pension nationale simple avec celui de la pension communautaire totalisée :

  • si la pension simple est la plus favorable, vous percevez votre retraite française normalement. Vous recevez quand même à titre accessoire une petite pension de l'Etat membre,
  • si la pension communautaire totalisée est plus avantageuse, alors la caisse française vous verse le montant de cette pension au prorata des seuls trimestres réellement cotisés en France. Les autres Etats membres versent le complément de pension à leur charge pour les périodes d'assurance accomplies sous leur législation. Ils procèdent à la même comparaison entre la pension nationale simple et la pension communautaire et versent une pension communautaire proratisée.

Sources



Editeur(s)
Qui a encore contribué à cet article en l'éditant?
Auteur initial
Qui est à l'origine de cet article ?

Stéphanie Gautrin